×

Faire pro prend 5 minutes, être pro prend toute une vie

Par , le 5 juillet 2017. entreprenariat, Les z'experts
FAIRE PRO PREND 5 MINUTES, ÊTRE PRO PREND TOUTE UNE VIE

Aujourd’hui, en guest star pour notre Rubrique “Les z’experts”,  j’ai le plaisir d’accueillir Morgane Sifantus. Véritable fée des mots, sa mission est de vous aider à révéler votre identité,  déployer votre marque et libérer votre écriture ! Qui de mieux pour nous parler de l’art subtil d’incarner votre marque ? Oui, j’ai bien dit marque, pas masque 😉 Enjoy!

Morgane Sifantus

 

« Il faut que ça fasse pro ».

Qui n’a jamais prononcé cette phrase ?

Entretien d’embauche, présentation commerciale, création d’entreprise, réseautage… nombreuses sont les occasions de notre vie professionnelle où nous sommes confrontés à cette peur : celle de ne pas être crédible.

Faire pro prend 5 minutes

Je n’irai pas par 4 chemins : « faire pro », c’est de la poudre aux yeux. Du vernis. Du maquillage ultra-
couvrant. J’écris sans jugement, je suis passée par cette étape, nous y passons tous. Celle où nous
souhaitons montrer au monde une image de perfection professionnelle. Celle où nous demandons à toute notre communication de hurler : « je suis super pro, devenez mes clients ! ». Carte de visite, site internet, tenue vestimentaire, prise de parole, tout y passe, tout doit « faire pro ». On veut du lisse, du qui respecte les codes du métier dans lequel on positionne notre entreprise.

Cette étape est naturelle, mais ne devrait être qu’une étape. 

Cette étape est assez simple à réaliser : il « suffit » de choisir les couleurs, les objets, l’uniforme habituels et hop, le tour est joué.

La prof de yoga aura du zen, des petits cailloux et un tapis de sol. Le consultant un costume, une carte de visite avec un titre important et dira « nous » même s’il est seul. La créative s’habillera tendance, postera sur Instagram et sera charrette à 3h du mat’.

Faire pro prend 5 minutes, vraiment. Il suffit de regarder ce qui se fait déjà et imiter. Si c’est rassurant pour oser se lancer, ok. Mais si vous voulez vous faire remarquer, il va falloir aller plus loin, bien plus loin.

Eh oui, tant que vous vous contenterez de « faire pro », vos clients achèteront une prestation ou un prix et pourront vous quitter pour une autre prestation ou un prix plus bas. Car une image n’est pas une identité, ni même une marque…

La peur bloquante de ne pas être crédible

Ne croyez pas que je la balaie d’un revers de la main, cette peur. Je sais qu’elle est profonde, ancrée dans notre manque de confiance et ou d’estime de nous-même. Elle vient de loin et n’est pas si facile à dépasser. Elle continue à surgir, sous forme de doutes ou de syndrome de l’imposteur, régulièrement, même après des années d’entrepreneuriat. Elle est aussi ce qui permet de se remettre en cause, de continuer à se former, à apprendre, à évoluer et donc à proposer à ses clients des prestations de plus en plus justes.

Être pro prend toute une vie, car il n’y a pas de ligne d’arrivée dans l’expertise, même pour les meilleurs.

Chaque nouveau client est un nouveau défi, une nouvelle occasion d’améliorer ses pratiques, de tester de
nouveaux outils, de se challenger. Et c’est ça, finalement, que nos clients « idéaux » vont venir chercher chez nous. Cette capacité à nous adapter à leur singularité. C’est à travers vos actes que se construira votre crédibilité. Et c’est en assumant pleinement notre propre singularité professionnelle que nous leur ferons passer le message : je serai là pour vous écouter, pour vous proposer une expérience d’achat unique (ça marche pour tout types d’entreprises !).

Incarner plutôt que vouloir convaincre

Je vous propose, à chaque fois que vous aurez envie de dire : « il faut que ça fasse pro », de remplacer par :
« je souhaite que cela véhicule telles valeurs, que cela me ressemble sur tels points, que cela provoque
telles émotions chez mes clients, etc ».

Plus complexe, plus exigent, plus de travail pour l’entrepreneur. Mais aussi plus de facilité pour permettre à vos partenaires de traduire en mots ou en visuel votre spécificité. Votre identité d’entrepreneur. Au-delà de votre simple « métier » qui, lui, risque fort d’évoluer, contrairement à ce qui vous porte. Votre mission pourrait-on dire, quels que soient les outils que vous utilisez pour la mener à bien.

Ce que je vous propose n’est pas facile : accepter de sortir des chemins tout tracés, des cases rassurantes, de briser des règles bien établies… pas évident ! Et si ça ne marche pas, hein, dis-moi, on fait quoi ? Non ce n’est pas facile de s’écouter, de faire confiance à son instinct, cette petite voix qui murmure, souvent couverte par les grosses voix de la trouille. Ce n’est pas facile, mais c’est simple. Car chacun de nous « sait ». Sait ce qu’il aime faire ou pas, les conditions dans lesquelles il aime travailler, le type de relations qu’il souhaite nouer. Et lorsqu’on ne sait pas encore, le mieux, c’est de tester ! Etre soi, c’est possible dans la vie professionnelle et c’est la clé pour faire la différence. Sans forcer, sans copier.

En incarnant votre message, votre mission, votre métier, vous serez cohérent. Et cette cohérence sera votre plus belle carte de visite. Celle qui ne s’oublie pas dans un tiroir. Celle qui donne envie aux autres de vous rappeler, de parler de vous, de vous suivre. Par effet miroir…

En incarnant votre métier, vous n’aurez plus à vous soucier de votre image ou de faire pro. Vous n’aurez qu’à être vous même. Un(e) excellent(e) pro 🙂

Alors prêt(e) à aller plus loin? N’hésitez pas à partager vos questions et propres expériences dans les commentaires ! Et pour retrouver les écrits de Morgane, filez sur son site www.morganesifantus.com

Like it ?

Inscrivez-vous aux news !

5 mots doux

  • Sand dit :

    Bonjour Laurence,

    Je vais oser, pour une fois, laisser un petit commentaire car c’est un article qui me touche particulièrement.
    Merci, d’ailleurs, à Morgane d’avoir écrit sur ce sujet à une époque où l’on mélange un peu l’être et le paraître. Et merci à toi Laurence de nous faire découvrir Morgane.
    Être soi-même et être pro, c’est tout à fait possible mais… arf, il a fallu que je mette un « mais » 😉 Je disais donc, mais, comment faire dans une société où le paraître l’emporte ? Dans une société dans laquelle on attend de nous que l’on corresponde à l’image du métier que l’on a choisi ? Dans une société dans laquelle le « faire pro » l’emporte finalement sur l’ « être pro » ?
    Je me pose cette question car si nous ne « faisons  » pas un minimum pro, personne ne verra le pro qui est en nous.
    En gros, sans cette façade, point de salut pour notre professionnalisme 😉 Et cette façade, dictée par des schémas bien établis, dans quelle mesure n’est-elle pas un frein à montrer notre « true pro » ?
    Merci de déclencher en moi des questions philosophiques dans lesquelles je me perds moi-même 😉
    Belle soirée et au plaisir !
    ^_^

    • Morgane dit :

      Bonjour Sand, merci pour cette passionnante question ! Ma réponse : la « société » n’existe pas. Chacun d’entre nous est la société. Chacun d’entre nous est responsable de ses choix. Chacun choisit le paraître ou l’être. Personnellement, j’ai choisi l’être dans tous es choix de vie et je m’en porte très bien. Pourquoi ? Car il existe une multitude de personnes qui ne se reconnaissent pas dans le paraître et sont soulagées/attirées par celles et ceux qui osent l’être. Par effet miroir, ils osent alors eux-mêmes être. Chaque personne qui ose être surtout dans le domaine pro est comme une goutte qui tombe dans l’eau, elle provoque une onde qui se propage, de plus en plus grande.
      Même si on ne « fais pas pro », je peux vous assurer que ceux qui ont besoin de nous le sentent, le ressentent, au-delà de l’image. C’est assez étonnant car on dépasse le superficiel pour entrer dans une attraction invisible.
      Ce que je remarque aussi c’est que les personnes qu’on attire en « faisant pro » ne sont pas les mêmes que celles que l’on attire en étant soi-même. Et je vous laisse deviner avec lesquelles c’est le plus sympa de travailler !!
      Soyons hors cases pour permettre à tous les hors cases de s’exprimer et libérer leur personnalité !

  • laurence dit :

    Merci Sand pour ce commentaire, tu as bien fait d’oser 😉 Pour nourrir ta reflexion, sans prétendre avoir LA réponse, parfois je me demande si le sentiment d’être dans l’obligation de « faire pro » n’est pas une illusion. Qui nous l’impose, notre industrie ou simplement nous-même? Je penche pour la seconde option. Parfois casser les codes est la meilleure façon de se faire une place taillée sur mesure. Quitte à déplaire à certain…et alors?

  • Sand dit :

    Me revoilà pour vous dire un grand merci quant à vos réflexions plus qu’intéressantes et pertinentes !
    Eh bien… Je pense que je vais enfin oser être moi-même et faire fi de ces barrières imposées par la « société » et donc par moi-même.
    1er pas : oser mettre un commentaire.
    2ème pas : oser être moi-même – il serait temps mais le pas est plus grand… 😉
    Merci encore !
    ^_^

  • Justine dit :

    Bonjour,
    J’adore la phrase « il n’y a pas de ligne d’arrivée dans l’expertise, même pour les meilleurs ». L’expertise, c’est justement mon point de mire et effectivement, dans un domaine on arrive là où on arrive et chacun est expert à sa façon. Je vais garder ça en tête, c’est fondamental.

Laissez un p'tit mot doux!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *